INTELLIGENCE ARTIFICIELLE, FAUT-IL S’INQUIÉTER POUR LE MONDE DU TRAVAIL ?

source: ipssidm.com

robot-2301646_640

L’IA, DE QUOI S’AGIT-IL ?

Inspirée de la définition du professeur M. Marvin du Massachusetts Institute of Technology. L’IA recouvre toutes les tâches effectuées par des machines, qui seraient considérées comme intelligente si elles étaient faites par l’homme.

L’avantage de l’IA repose sur sa capacité à mémoriser sans limite l’historique, les paramètres et leurs évolutions. Ainsi la conservation en mémoire permet une adaptation permanente. Cela permet notamment la correction d’erreurs ou la création des systèmes d’alertes pour y remédier. La transmission de savoir, nécessaire aux humains, est inutile pour l’IA. La capacité prédictive des machines devient possible, elles se souviennent, anticipent et alertent.

Cependant, pour des opérations cérébrales comme raisonner, analyser son environnement et communiquer, l’être humain surpasse complètement la machine.

En effet, l’ordinateur est loin de la compréhension, d’une pensée autonome et son « intelligence » réside dans les programmes qu’il exécute, lesquels doivent être réalisés par l’être humain.

DEVONS-NOUS NOUS PRÉOCCUPER DES CONSÉQUENCES SUR L’ORGANISATION ACTUELLE DU TRAVAIL ?

En 2016, le Forum Economique Mondial estimait que 5 millions d’emplois seraient détruits d’ici à 2020, du fait de la 4ème révolution industrielle. Cette estimation inclut l’IA, la robotique, la nanotechnologie, l’impression 3D, la génétique et la biotechnologie. Précisons que : la disparition de 7,1 millions d’emplois (l’automatisation mais aussi les tâches administratives) devrait être compensées par la création de 2,1 millions de nouveaux emplois (l’informatique, les mathématiques et l’ingénierie).

D’après Laurent Alexandre, ex-chirurgien, cofondateur de Doctissimo, il faudra devenir complémentaire de l’IA pour continuer à travailler.  « Dans le futur, tous les gens qui ne seront pas complémentaires de l’intelligence artificielle seront soit au chômage, soit avec un emploi aidé ». 

«L’IA aura dépassé les meilleurs radiologues avant 2030», pronostique-t ’il. 

Aussi, Stephen Hawking est plus pessimiste, « Le développement de l’intelligence artificielle pourrait signifier la fin de l’espèce humaine ». Il ajoute : « Elle prendrait son envol et se restructurait à un rythme toujours croissant. Les humains, qui, sont limités par l’évolution biologique lente, ne pourraient pas concurrencer, et seraient remplacés ».

Nous comprenons l’utilité de faire évoluer les compétences de chacun afin d’utiliser les nouveaux usages numériques pour améliorer les performances.

Les webdesigners doivent faire évoluer leurs compétences pour continuer à travailler. Nombre de sites et de fonctionnalités sont proposés pour aider à la conception d’un site web.

La StartUp The Grid, permet de créer son site web grâce à des robots. Ils vont chercher à optimiser par le design les objectifs fixés par l’utilisateur. Ils sont aussi capables d’analyser les images et d’y détecter les parties saillantes ou les creux, il sait aussi analyser du texte pour identifier le sujet et ajuster la couleur des typographies aux contrastes. L’IA propose plusieurs variations d’assemblages de site web. »

L’HUMANITÉ AURA À CHOISIR ENTRE LE DÉMIURGE OU LE GOLEM

Les propos de Laurent Alexandre sont loin d’être rassurants : «Je vous rappelle que dans le futur tous les gens qui ne seront pas complémentaires de l’IA seront soit au chômage, soit avec un emploi aidé». Il ajoute même : «Aucun emploi non complémentaire de l’IA n’existera en 2050, par définition».

Il termine par : «Si on met de côté tous les gens qui ne sont pas complémentaires de l’IA et qu’on leur donne des jeux et du cirque, dans 50 ans on a Métropolis, et dans un siècle on a Matrix». 

À cette vision dantesque l’on peut opposer la faculté d’évolution et d’adaptation de l’humain… à condition qu’il en ait le temps et l’envie. Il reste à engager la réflexion des conditions de l’intégration de l’IA et ce en complémentarité plutôt qu’en substitution.

Jean-Pierre Denis : « Le Crédit Mutuel Arkéa refuse toute forme de centralisation »

unsa arkea

Capture d_écran 2017-05-10 à 23.32.58

Gouvernance renouvelée au Crédit Mutuel Arkéa. Pour se mettre dans la droite ligne des principaux établissements bancaires, le groupe basé à Brest vient, au cours de son assemblée générale, d’ouvrir son conseil d’administration à deux profils extérieurs indépendants. Il s’agit d’Anne-Sophie Grave, de la Caisse des Dépôts, et de Monique Huet, venue d’Engie, qui complètent quatre autres nominations en interne.

Cette gouvernance renouvelée correspond-elle à une évolution de votre stratégie d’indépendance ?

Aucunement ! Aujourd’hui comme hier nous souhaitons défendre notre liberté d’entreprendre et garder notre indépendance. Je rappelle que les résultats opérationnels et financiers de l’année 2016 n’ont jamais été aussi élevés. Notre résultat net a doublé en quatre ans. Notre groupe s’est doté de relais de croissance avec la banque en ligne, le marché des entreprises et des collectivités, nos activités en marque blanche… qui réduisent notre dépendance vis-à-vis de la banque de détail. Notre croissance est à la fois régulière, rentable et…

View original post 498 mots de plus

Les droits sociaux en un clic avec mesdroitssociaux.gouv.fr

unsa arkea

Capture d_écran 2017-04-14 à 15.16.50

Mesdroitssociaux.gouv.fr est un nouveau portail sécurisé, dédié à tous les assurés sociaux : salariés, indépendants ou retraités. Il leur permet, entre autres, de consulter l’ensemble des prestations sociales qu’ils perçoivent et de connaître celles dont ils peuvent bénéficier.

Tous les domaines de la protection sociale sont représentés : santé, famille, logement, solidarité, retraite et emploi. En cliquant sur un domaine, les assurés accèdent à des informations personnalisées en fonction de leur situation (nature des droits, actualités les concernant, interlocuteurs, démarches pouvant être engagées…). Un lien vers le site de l’organisme dont ils dépendent leur permet d’en savoir plus.

Le portail met également à disposition des assurés un simulateur pour identifier les prestations auxquelles ils pourraient prétendre. Cette simulation est rapide, un grand nombre de champs étant déjà pré-remplis. Si le résultat conduit à identifier des droits potentiels, ils sont immédiatement redirigés vers le site de l’organisme compétent pour y effectuer…

View original post 82 mots de plus

Les cadres seniors, oubliés de la formation

unsa arkea

Capture d_écran 2017-04-11 à 17.15.30

Recrutés d’abord pour leur expérience, les seniors bénéficient rarement des plans de formation y compris lorsqu’ils changent de poste révèle une étude de l’Apec. Les employeurs sont pourtant très exigeants avec ces profils « experts ».

Hormis les sessions prévues dans le parcours d’intégration (présentation de l’entreprise, initiation à un logiciel, etc.), la formation du cadre senior est rarement envisagée, révèle une étude de l’Apec. Les cadres interrogés déplorent amèrement cette lacune, qui paradoxalement s’explique par leur… brio. Les postes occupés par les cadres seniors sont généralement proches de leur dernier emploi : dans la moitié des cas, la mutation s’effectue chez un concurrent direct de l’ex-employeur, décroché grâce au réseau. « D’emblée opérationnel, ne nécessitant ni formation ni surveillance, le senior minimise le risque d’échec et augmente les chances de réussite de l’équipe… », témoigne d’ailleurs cet employeur. Prestataire de services en santé, ce chef d’entreprise a recruté un…

View original post 448 mots de plus

Nicolas Théry: «Le Crédit Mutuel a retrouvé un fonctionnement totalement normal»

unsa arkea

7 mars 2017

Le président du Crédit Mutuel constate qu’Arkéa joue à nouveau le jeu et trouverait logique que le président de cette grosse fédération, Jean-Pierre Denis, revienne à la table de la maison commune.

Le Crédit Mutuel, cinquième groupe bancaire français, a réalisé une belle année 2016 avec un bénéfice historique de 3,25 milliards d’euros (+7,7%) et 49,5 milliards de fonds propres, ce qui lui donne un ratio de solvabilité de 15,7%, le plus élevé de toutes les grandes banques hexagonales. Son président Nicolas Théry affirme à l’Opinion sa volonté de respecter l’autonomie des groupes régionaux et constate que malgré, ses rodomontades, Crédit Mutuel Arkéa transmet désormais les informations demandées et participe aux groupes de travail de la confédération.

Nicolas Théry, 51 ans, inspecteur des finances, ancien conseiller de Dominique Strauss-Kahn à Bercy puis directeur de cabinet de Pascal Lamy à Bruxelles, est entré dans le groupe…

View original post 1 022 mots de plus

Les 20 risques managériaux de l’environnement de travail dynamique

missphilomene

sanofi_3 Majencia – Sanofi Campus Val de Bièvre

Les organisations qui ont compris tout l’intérêt de l’environnement de travail comme outil d’épanouissement des collaborateurs, de performance durable et d’attraction de nouveaux talents sont de plus en plus nombreuses et ne sont plus nécessairement des start-up.

Ces mêmes sociétés ont également intégré qu’une gestion efficace de leurs mètres carrés va obligatoirement de pair avec une restitution à ses talents de nombreux espaces de réunion, convivialité et de concentration ainsi que des zones de projets ou des espaces dédiés au collaboratif et au bien-être.

Ces organisations enfin ont également compris qu’un changement d’environnement de travail doit être plus qu’un projet immobilier. C’est avant tout un levier pour un changement de culture et une nouvelle façon de vivre et travailler ensemble.

La transformation touche également en profondeur la culture managériale. Managers, si votre employeur vous propose de passer en environnement de travail dynamique, voici donc ce que vous…

View original post 49 mots de plus