A quoi ressemblera le travail demain ?

source: les echos

Tendance Stimulé par la crise sanitaire et le confinement, le télétravail s’est imposé dans les entreprises. Les organisations réfléchissent désormais à une forme hybride de travail équilibrant économies de locaux et maintien du collectif.

femme cafe detente ordinateur portable
Photo de Vlada Karpovich sur Pexels.com

Confinement, télétravail imposé, équipes dispersées et à distance, fermeture de sites de production, mise en place de règles sanitaires et de distanciation sociale, la crise du Covid a impacté l’organisation du travail. Durablement ?

Un facteur d’attractivité

Unanimes sur l’accélération de l’adoption du télétravail, 85 % des DRH interrogés par le cabinet de conseil en stratégie BCG et l’Association nationale des DRH (ANDRH) estiment que cette bascule va être pérenne. 82 % d’entre eux ont même revu à la hausse la part des postes susceptibles d’être éligible à ce système. « La crise sanitaire n’a pas créé de nouvelles tendances mais les a accélérées. Un retour en arrière du télétravail semble peu envisageable », confirme Audrey Richard, présidente nationale de l’ANDRH et DRH du groupe Up.

Contrairement à des réflexions engagées dans quelques entreprises du Cac 40, les gains immobiliers pèsent peu dans la balance pour décider de faciliter le télétravail. Les organisations le font surtout pour des raisons liées à leurs attractivités et à leur marque employeur (93 % des DRH sondés). Dans l’ensemble, durant cette période, les DRH ont bien identifié les priorités, tels qu’accompagner les collaborateurs (67 %) et fournir des outils nécessaires à une bonne mise en oeuvre du télétravail (61%). Mais son impact financier reste assez mal appréhendé : 60 % pensent que ces changements ne vont pas requérir d’investissements particuliers.

Attention aux fractures

Pourtant, cette nouvelle organisation du travail nécessite de renégocier l’accord de télétravail avec les partenaires sociaux et de revoir à la hausse la part des postes susceptibles d’être éligibles. « Il ne faudrait pas que le développement du travail fasse apparaître de nouvelles fractures entre les salariés éligibles et les autres. A l’origine le télétravail est un outil de qualité de vie au travail. Cette révolution du travail entraîne des enjeux sociétaux très importants », rappelle Benoit Serre, vice-président de l’ANDRH.

A terme, les entreprises envisagent de se diriger vers un système hybride . Dans la plupart d’entre elles, seuls 25 % des effectifs pourraient profiter de ce mode de travail. Rares sont les professionnels des ressources humaines comptant le proposer au ¾ de leurs collaborateurs.

Penser collaboratif

Systématiser le télétravail nécessite de revoir le fonctionnement même de l’entreprise. « Il est devenu une erreur de considérer que le télétravail va de soi », estime Vinciane Beauchene, directrice associée BCG, experte des questions RH . 93 % DRH sondés pensent qu’il faut faire évoluer les pratiques managériales pour bien le mettre en oeuvre. Il est très différent de diriger ses équipes à distance .

A quoi va donc ressembler le manager de demain ? La qualité principale va être de donner du sens et motiver (96 %), puis être capable de faire monter en compétences (95 %) et fixer des objectifs clairs (93 %). Des nouveaux modes de travail collaboratifs , comme le design thinking, le lean ou la méthode agile, peuvent être des solutions pour répondre à ces objectifs. Un quart des entreprises ont en tout cas profité de cette période pour les tester, avec succès.