Déclarations, salaires, charges… les règles de Pajemploi et du CESU vont changer

source: le parisien

Les particuliers employeurs vont bientôt découvrir les nouveaux services de Pajemploi et du Cesu. Attention, des changements importants sont à venir.

man in blue crew neck shirt
Photo de Nathan Cowley sur Pexels.com

Attention : gros changements en vue pour les 3,1 millions de particuliers employant du personnel à domicile. Pajemploi, qui poursuit sa révolution digitale, enclenche fin mai une série de réformes qui risquent, dans un premier temps, de perturber les 105 000 ménages employant une garde d’enfant à domicile (qui ne soit pas « assistante maternelle agréée » dont les charges sont réglées par les CAF). Un nouveau service de prélèvement-paiement direct des salariés sera aussi proposé en mai au 1,1 million d’adhérents à Pajemploi, et en juin aux deux millions d’utilisateurs du Cesu (chèque emploi service universel). Détails.

Double ponction en mai et juin. Parce que Pajemploi va modifier son calendrier des prélèvements de charges à partir de juillet, l’organisme va d’ici là gommer le délai de deux mois qui sépare actuellement le jour de la déclaration du salaire de(s) l’employé(s) de celui du prélèvement des charges. Pour cette raison, préparez votre trésorerie à subir deux doubles ponctions. Le 29 mai, Pajemploi prélèvera en effet deux mois de charges, celles de mars et mai, puis fin juin, celles d’avril et de juin. Si vous réglez, comme la moyenne des Français, 200 € de charges par mois, vous serez donc prélevé de 400 € fin mai, et à nouveau de 400 € fin juin.

Une information sera faite courant mai, avec une adresse mail dédiée à ceux qui voudraient déclarer une difficulté à faire face à ces prélèvements. Pour le Cesu, pas de changement : les charges seront toujours prélevées avec deux mois de décalage.

En juillet : charges payables à J + 2. Ce décalage de deux mois rattrapé, Pajemploi pourra allumer le deuxième étage de sa fusée qui prévoit, à compter de juillet, que les salaires devront être déclarés entre le 25 du mois en cours et le 5 du mois suivant. Fini, en théorie, les retards de 3, 4 voire 6 mois parfois pour déclarer. « Au début, il y aura une période de tolérance, rassure Adrien Gauthier, de Pajemploi. On fera un bilan fin 2019. Il s’agit de responsabiliser les employeurs ; pour l’heure, aucune sanction n’est prévue. » Quant au prélèvement de cotisation, il se fera deux jours après la déclaration de salaire.

Pajemploi devient payeur des aides. Jusque-là, le « Complément du libre choix du mode de garde », CMG, était versé par les Caisses d’allocation familiale ou la MSA, qui restent gestionnaires des droits. Mais à compter du versement de fin mai, c’est Pajemploi qui devient votre payeur. Et si vous avez adhéré au service Pajemploi +, ce CMG, calculé lors de votre déclaration, sera déduit du montant des charges à prélever sur votre compte.

Nouveau service de paiement du salarié. À partir du 25 mai, les Urssaf lancent un nouveau service « Pajemploi + » et « Cesu + » « pour simplifier la vie des employeurs et garantir le paiement du salarié dans les temps », insiste Adrien Gauthier. En adhérent à cette option, en accord avec chacun de vos salariés, vous accepterez que le salaire de votre nounou, de votre femme de ménage… soit prélevé chaque mois sur votre compte bancaire par Pajemploi ou le Cesu qui le reversera au bénéficiaire directement.

Publicités