Le futur environnement de travail vu par les salariés

IoT, VR…Pour les salariés, le bonheur au travail est dans les nouvelles technologies

Dans l’ensemble, les salariés dans le monde entier sont lassés de leurs postes de travail traditionnel. Ils cherchent des environnements «plus mobile, plus productif, et plus capable qu’auparavant. Cependant, ce n’est pas encore le cas», constate les auteurs. Si les salariés ont conscience du monde ultra connecté dans lequel ils évoluent, leur frustration est d’autant plus grande qu’ils ne voient pas leur lieu de travail évoluer à la même vitesse.

38% des salariés qui travaillent en France estiment que la technologie mise à leur disposition au travail n’est pas assez intelligente (contre 44% en moyenne à l’échelle internationale).

Bientôt, la communication en face à face sera jugée inefficace. 59% des salariés français interrogés misent sur la collaboration à distance, notamment grâce au télétravail, et les nouvelles technologies de communication.

dell-intel-bonheur-tech

VR, partage, AI…les attentes des salariés français

D’ici cinq ans, les employés pensent qu’ils utiliseront des technologies de réalité augmentée ou de réalité virtuelle. Les objets connectés sont également attendus pour changer les méthodes de travail.

L’impatience est aussi forte autour de l’intelligence artficielle. 69% des Français pensent que l’AI pourrait leur faciliter la tâche. 48% y voit un gain de productivité.

Alors qu’ils utilisent de plus en plus les plateforme de l’économie de partage dans leur quotidien (covoiturage, logement, services…), plus des deux tiers indiquent qu’ils veulent prendre part à l’économie de partage en 2017. C’est proportion est encore plus fort dans la génération Y (83%).

Et mieux vaut satisfaire ces désirs. Un actif sur deux de la génération Y se dit prêt à quitter son poste s’il estime que la technologie que leur fournit son employeur n’est pas conforme à ses attentes.

«Les employeurs qui ne sauront pas se tenir à jour des nouvelles avancées risquent de se faire distancer par d’autres plus agiles (…) Les employeurs hésitants et dubitatifs doivent comprendre que c’est une formidable occasion de positionner leur entreprise en première ligne d’un environnement de travail du futur pour satisfaire leurs équipes et accompagner leur évolution », prédit l’étude.

Publicités